Je me suis donné un objectif cette année, c’est de dégager un style photographique. Et afin de sortir du lot, je me suis dit pourquoi pas ajouté plus de couleurs dans mes shootings. Du coup, j’ai acheté le livre « L’harmonie des couleurs » de Leatrice Eiseman et vu pas mal de vidéo sur le sujet. Et j’ai appris pas mal de chose en plus de ce que je connaissais déjà. Par la suite, j’ai fait un shooting avec une modèle. Sur ce coup, j’ai pris un modèle car je voulais être certain d’avoir une personne qui serait à l’aise devant la caméra.
La première série consistait de colorer les ombres. J’aime beaucoup le contraste des couleurs, notamment avoir une couleur froide dans les ombres et une couleur chaude dans les hautes lumières. C’est pour cette raison que j’ai utilisé une couleur proche du cyan afin de contraster avec la couleur de la peau du modèle.
La deuxième série a été en plus difficile, a posteriori, je pense que j’ai mis la barre trop haute. Je voulais faire une triade, mais je me rends compte que j’aurai dû lire sa définition avant de faire les tests.  Bref, l’harmonie des couleurs est douteuse et d’ailleurs j’ai eu en beaucoup de peine en post-production pour sortir quelques choses de potables. À telle point que ma photo préférée de cette série n’a pas d’arrière-plan.
La retouche a été à la fois fastidieuse mais enrichissant ! Je pense que j’ai enfin trouvé un processus stable pour la retouche de la peau, des cheveux et des yeux. Il ne manque plus que les lèvres à gérer.  Par contre, j’ai perdu énormément de temps sur les arrières plans. Je dirai qu’ils m’ont coûté du temps et de la qualité. ​​​​​​​
En conclusion, je ne trouve pas ces portraits magnifiques, bien au contraire. Mais je partage afin de laisser une trace d’où je suis parti et voir s’il y a eu une évolution d’ici une année. J’ai déjà investi sur des nouveaux backdrops afin de minimiser mon temps sur la retouche. Je me suis rendu compte que nous ne pouvons utiliser les gels de couleurs comme des simple flash, cela demandent plus de connaissances et de techniques. Penser « Pas grave, je rattraperai sur Photoshop » n’est plus approprié. Le shooting suivant celui-ci confirmera cette pensée.
Back to Top